Voyage d’études

Bourgogne

Deux jours de visites pour découvrir notre voisine, la région Bourgogne

Pour la sixième édition de son voyage d’études, VAD a proposé aux professionnels rhônalpins de découvrir autrement notre voisine, la région Bourgogne. Véritable immersion en pays bourguignon, ce voyage, sur deux jours, dont un en itinérance a permis aux 12 participants de s’enrichir des dynamiques, initiatives et réalisations.

Le siège social du SYDESL, un bâtiment pionnier et vitrine de technologie

Livré en 2010, ce bâtiment de conception bioclimatique, avait pour objectif d’être BEPOS et Zéro Carbone (neutralité carbone attendue à 15/20 ans). Afin d’atteindre ses objectifs de performance, de confort et d’exemplarité, le bâtiment a été surisolé, équipé d’une ventilation double-flux, d’un puit canadien, de panneaux photovoltaïques et thermiques, d’une serre bioclimatique, d’une pompe à chaleur géothermique, de protections solaires, d’une GTC et les écoproduits ont été privilégiés. Une attention particulière a été portée au confort des usagers : lumière naturelle via les sheds (qui rappellent l’histoire industrielle de la zone), panneaux acoustiques, mobiliers en bois massif. Après 5 années d’exploitation, le SYDESL a relancé une dynamique interne pour optimiser la GTC afin de mieux gérer les différentes sources d’énergies / apports solaires en fonction des heures de la journée. Malgré quelques difficultés de chantier (technique pas forcement maîtrisée, défaillance du BE structure, matériaux non protégés des intempéries, etc.) ce bâtiment est précurseur, agréable et pédagogique.

Réhabilitation globale du CAUE 71

Le CAUE 71 s’engage dans une réhabilitation globale de ses locaux (bâtiment du XIXème siècle) avec pour objectifs l’exemplarité, la mise en accessibilité et la recherche d’équilibre entre préservation du patrimoine et performance énergétique (niveau BBC). Pour mener à bien ce projet, le CAUE opte pour une ITI (laine de bois), un recours aux éco-matériaux (enduit chaux, bois labellisé FSC ou PEFC), une chaudière à granulés bois (sur plancher chauffant / radiateurs pour étage), une VMC double flux avec récupérateur de chaleur à haute efficacité (débits régulés en fonction de l’occupation), des volets persiennes permettant de limiter les apports solaires et de surventiler la nuit. Les notions de qualité d’usages, sanitaires et environnementales ont été intégrées très tôt dans le projet. Notamment via la création d’un jeu de transparence dans les bureaux individuels, de faux-plafonds pour traiter l’acoustique et le choix de revêtements intérieurs faiblement émissifs. Les employés du CAUE ont été force de proposition dans le projet. Le chantier a connu quelques « surprises », dues à un manque d’information sur l’histoire du bâtiment (découverte d’anciennes peintures décoratives) ayant entrainé surcoût et retards.

Politiques territoriales durables à l’échelle régionale

Décomplexifier le bâtiment pour généraliser la QEB, tel est le leitmotiv de la région Bourgogne. Pour cela il faut miser sur l’expérimentation ciblée et diffuser les retours d’expérience. La région Bourgogne a la particularité d’être composée à 90 % de communes rurales avec une prédominance du bâti ancien (et patrimonial). Les actions portées par la Région et Bourgogne Bâtiment Durable vont donc dans le sens : de la montée en compétence (formations), de la réhabilitation énergétique du bâti ancien, de la réappropriation du village, de la promotion et du soutien des PLUi.
« Il faut travailler par étapes et éviter de se disperser, tout ne pas être fait tout de suite, notamment avec la diminution des dotations. » Dominique Marie

Mission de capitalisation d’opérations exemplaires par Bourgogne Bâtiment Durable

Au cours de sa mission de capitalisation d’opérations exemplaires, BBD a soulevé la difficulté à collecter les données auprès des opérateurs, la méconnaissance des réglages et la remise en question des consommations électriques spécifiques, non comptabilisées et qui ont tendance à croître.

Balade urbaine dans Dijon

Le CAUE21, nous a fait remonter le temps dans l’architecture dijonnaise lors d’une balade urbaine intense : Rectorat (livré en 2012), maisons de ville à colombages (Moyen-Age), villa Messner (1913), Halles (1875), Palais des Archives, Palais des Etats de Bourgogne (1786), Palais des Ducs de Bourgogne (1455) et d’autres lieux historiques. Clôturée par un moment d’échange entre professionnels au sein des bureaux, ancien hôtel particulier réhabilité, du CAUE, cette balade fut l’occasion de découvrir une ville chargée d’histoire qui a su préserver et mettre en valeur son patrimoine architectural.

Eco-quartier Hyacinthe Vincent, 1er éco-quartier dijonnais

1er éco-quartier dijonnais construit sur le site de l’ancien hôpital militaire, l’éco-quartier Hyacinthe Vincent prend forme autour d’un espace boisé classé. Le programme prévoit à terme 534 logements dont la moitié à loyer modéré. Ce projet d’aménagement durable, présente un intérêt tout particulier en termes de mixité :
- l’aménagement autour d’un parc de voies piétonnes traversantes (parking en souterrain) permettant de relier les services de proximité ainsi que les transports en commune,
- l’architecture avec des logements BBC voire passifs, grandes résidences et petites maisons,
- les habitants : habitat privé, logement social,
- les services proposés avec des surfaces commerciales en pied d’immeubles pour contribuer à la vie du quartier.
Au cours de la visite, nous avons pu constater que les voies de circulations piétonnes, étaient malheureusement utilisées par les véhicules, la MOA a donc dû cloisonner ces voies pour en interdire la circulation aux véhicules motorisés. Les eaux pluviales ont été traitées par des noues paysagères et le traitement des déchets a été facilité via la mise en place de conteneurs enterrés. Le parc protégé, propose un parcours pédagogique permettant de découvrir une grande variété d’essences d’arbres rapportés des quatre coins du globe par les militaires.

Centre de maintenance bus et tramway Keolis de l’agglomération dijonnaise

La visite du site Keolis de l’agglomération dijonnaise, situé à Chenôve, a surpris les participants de par son originalité et sa qualité. Le programme, ayant fait l’objet d’une démarche de Haute Qualité Environnementale, comprend un bâtiment neuf de bureaux, un centre de maintenance et d’entretien, un centre de lavage et la réhabilitation d’une ancienne halle à charpente métallique pour le stockage des rames. Outre les performances énergétiques (ateliers chauffé à 80% par un système de récupération de chaleur sur un réseau d’eaux usées ; bureaux, niveau BBC, chauffés par géothermie profonde, ITE, ventilation naturelle et traversante) et l’utilisation d’énergie solaire (thermique et photovoltaïque), le site, ses activités et ses usagers soufflent un vent de bien-être et incitent aux économies de ressources.
Par exemple, le centre de lavage des rames utilise uniquement des produits éco-labellisés et est équipé d’un système de recyclage des eaux par traitement biologique permettant d’économiser 10 000 m3 d’eau potable/ an. Au sein des ateliers, une attention particulière a été portée pour le confort acoustique et lumineux, nécessaire à de bonnes conditions de travail. L’aménagement général du site a été optimisé pour les activités : des circuits bus et tramway permettent les opérations de maintenance et d’entretien quotidiennement sans interférence. Un cheminement abrité permet de relier les différents bâtiments de manière linéaire.