Visite

Ferme urbaine de Maguy, potagers et jardin partagé sur le quartier de Haute Roche

Dans un contexte d’amélioration de l’attractivité et de mutation globale du quartier de Haute Roche, la commune de Pierre-Bénite a effectué des acquisitions foncières lui permettant de développer un projet de ferme urbaine au cœur de ce quartier prioritaire.

En parallèle, la commune et Lyon Métropole Habitat ont mis en place, en lien étroit avec les habitants de Haute-Roche et avec l’appui technique de Ma Ville Verte, des bacs potagers et un jardin collectif.

Visite organisée dans le cadre de l’action collective Agriculture urbaine de VAD.

Programme

  • 9h50 : Accueil à proximité de la ferme urbaine de Maguy
  • 10h : Mot d’introduction, par VAD
  • 10h10 : Présentation de la ferme urbaine et échange avec les participants*, par Marine Boissier, adjointe à la transition écologique et à la participation citoyenne et Cécile Havet, Directrice générale des services, Mairie de Pierre-Bénite, Anne-Cécile Romier, Paysagiste concepteur - Urbaniste OPQU, Eranthis et Laurent Legendre, Chef de projets Infrastructures Urbaines, SCE
  • 11h : Présentation des potagers et du jardin partagé sur le quartier des Hautes Roches puis visite, par Agathe Robin, Agente de développement Habitat et Cadre de vie, Mairie de Pierre-Bénite, Rémi Bullion, Responsable du service développement social, Lyon Métropole Habitat et Matthieu Arar, Ingénieur agronome, chargé de projet, Ma Ville Verte
  • 12h15 : Fin de l’événement

* Au regard de l’actualité, il ne sera pas possible de visiter la ferme urbaine.

Ferme urbaine de Maguy

Ferme urbaine de Maguy

Suite à la démolition d’une barre de logements dans le secteur des Arcades, une volonté s’est distinguée de relier le centre-ville et le quartier de Haute Roche tout en développant un projet innovant. Entre la rue des Martyrs de la Libération à l’ouest, la rue du 11 novembre à l’est et le foyer pour personnes âgées, et à proximité immédiate d’une médiathèque, d’espaces publics et de parkings associés, le site dispose d’une emprise de 19 800 m² comprenant :

  • une ferme urbaine de 11 600 m² :
  • environ 8 200 m² d’espaces publics (parking, circulation piétons et cycles, parvis, jeux de boules, espaces plantés)

Inaugurée en octobre 2021, la ferme alimente la cuisine centrale qui élabore les repas des écoles de la ville et du foyer de personnes âgées (350 repas/jr).

Chiffre clés

  • Coût travaux : 1 148 875 € HT ( ?)
  • Coût du projet : 3 100 000 € HT comprenant l’achat du foncier à LMH (1 395 000 € HT), le coût des études et du matériel agricole
  • Surface de la parcelle : 2 ha dont 1 ha cultivable (la moitié étant réellement cultivée actuellement)
  • Etudes et chantier : 2019-2021

Etudes et chantier

Le cahier des charges du projet de ferme auquel a répondu l’équipe de MOE a été travaillé par la Ville de Pierre-Bénite avec l’appui de la Chambre d’agriculture.

SCE a réalisé un diagnostic agronomique et de pollution du sol sur le terrain en friche, ayant montré l’absence de pollution aux métaux lourds. Au lieu d’évacuer la terre puis d’amener de la terre végétale (pratique courante), il a été décidé de laisser le sol en place et de retrouver de la fertilité grâce à un travail d’amendement : le sol a été décompacté sur 50 cm et de l’engrais vert a été semé. Le sol a ensuite été retravaillé sur 20 cm et des semis ont été réalisés l’automne suivant, avec ajout de compost et épierrage par le maraîcher, permettant ainsi de retrouver un sol cultivable (engrais vert fauché et enfoui). De la terre végétale a seulement été amenée sur l’ancien parking dont l’enrobé a été retiré.
A noter qu’entre 2016 (démolition) et 2020, la nature avait repris ses droits et la parcelle avait un passé agricole. Encore aujourd’hui, le maraîcher réamende régulièrement la terre, permettant au bout de 3 ans d’avoir un sol d’une qualité agronomique intéressante (l’objectif est que le foncier soit rétrocédé en terre agricole dans le PLU).

La concertation avec les habitants a été rendu compliquée en raison du COVID, néanmoins des riverains étaient présents sur le chantier, qui a duré un peu moins d’un an.

L’étude a permis de démontrer qu’une exploitation d’1h permettait de couvrir les besoins de la cuisine centrale (aujourd’hui la moitié est cultivée).

Concernant la gestion de l’eau, un forage qui existait déjà sur la parcelle a été réutilisé (avec filtre UV) et une cuve de récupération d’eau de pluie équipe la médiathèque (besoin annuel de 2500 m3 d’eau / ha).

Le projet a financé du soutien financier de la Métropole de Lyon et de la Région AuRa.

Le site en exploitation

Concernant le statut de l’exploitant, le choix de la régie s’appuie en partie par un retour d’expérience de SCE, qui avait déjà travaillé sur un projet de ferme avec Nantes Aménagement, un appel à projet ayant permis de sélectionner un porteur de projet pour exploiter la future ferme. Néanmoins, celui-ci n’a pu attendre 2 ans pour avoir un terrain cultivable et a quitté le projet avant que la ferme ne voit le jour. A Pierre-Bénite, le maraîcher étant salarié de la collectivité, celui lui permet d’absorber plus facilement les différents aléas.

L’ADEAR et la Chambre d’Agriculture ont aidé la Ville à la rédaction de la fiche de poste, sachant que des compétences de sensibilisation étaient nécessaires en complément de celle de maraîcher. A son arrivée, et en attendant que la parcelle soit exploitable, le maraîcher a bénéficié d’une période d’intégration au sein du service espace vert pour apprendre à travailler avec les agents, l’objectif étant que le fonctionnement de la ferme soit totalement maîtrisé en interne. A ce jour, le maraîcher exploite seul la parcelle, avec des renforts ponctuels par les agents des espaces verts, des emplois jeune ou en insertion (la manutention est parfois complexe à 1 seule personne, on estime que le passage à 2 personnes permet de multiplier le rendement par 4).

Le travail du maraîcher s’effectue en étroite collaboration avec la cuisine centrale afin de connaitre les légumes que les employés souhaitent cuisinier. De nombreux tests sur les plants ont été réalisés, de la laitue Batavia de Pierre-Bénite a pu être plantée. La production étant plus importante l’été, quand les classes sont fermées, le surplus a été distribué sous forme de paniers pour les familles dans le besoin (pas de vente directe prévue) ou transformé par la cuisine centrale.

Les interactions sont multiples avec les habitats, écoles et centre de loisirs, permettant de proposer des activités au jardin. Des arbres fruitiers ont été plantés avec les enfants (agroforesterie). Une grainothèque a été constituée avec la médiathèque située à côté de la ferme. Il s’agit d’un projet de quartier auquel tout le monde est associé et les retours des habitants sont positifs vis-à-vis de l’amélioration de leur cadre de vie.

Retrouvez des compléments d’information dans la fiche opération ci-contre.

Du jardin collectif éducatif au jardin collectif autogéré de Haute Roche

Jardin partagé sur le quartier de Haute Roche

Depuis 2019, des bacs potagers ont été construits au pied des immeubles gérés par le bailleur LMH lors de chantiers jeunes. Ma Ville Verte, assurant les animations sur le quartier depuis 2 ans, a pu constater l’évolution de l’implication des habitants et leur souhait de les voir se développer. Partant de ce constat, partagé et souhaité par la ville (volonté de développer les espaces cultivés), LMH, appuyé par le service Politique de la Ville de Pierre-Bénite, a répondu à l’été 2021 à un appel à projets de l’État intitulé " Jardins partagés et collectifs ". Le projet de Pierre-Bénite a été retenu. Ma Ville Verte, connaissant les habitants et les partenaires de notre territoire en est l’opérateur technique.
Durant l’ensemble du projet, les habitants, LMH ainsi que la ville sont accompagnés par Ma Ville Verte ainsi que 4 jeunes services civiques de Unis-Cités.
Par ailleurs, Ma Ville Verte, l’accompagnant technique, propose des formations aux habitants et aux partenaires afin qu’ils soient en capacité de gérer en autonomie le jardin. Des animateurs des différentes structures sont également formés afin de pouvoir proposer des animations adaptées.
A noter que 20 000 personnes résident sur le QPV, soit 1/5 de la population totale de Pierre-Bénite.

Les objectifs fixés par ce projet

  1. Amélioration du cadre de vie et réalisation concrète de développement durable
  2. Mobilisation des habitants, création d’un collectif ou d’une association dans un contexte de crise sanitaire ou le lien avec les habitants a pu se distendre
  3. Création de moment de convivialité dans le quartier
  4. Pérennité du projet : investissement annuel des habitants
  5. Former les habitants du quartier au jardinage grâce à Ma Ville Verte

Partenaires

  • Acteurs locaux concernés par le projet : Ville de Pierre-Bénite (service politique de la ville, service des espaces verts), centre social Graine de vie, éducateurs de prévention spécialisée, médiateurs, service Jeunesse Ville…
  • Gouvernance et pilotage opérationnel du projet : Le chef de projet en développement social de LMH pilote le projet en binôme avec le service politique de la Ville du projet. Afin d’assurer le bon déroulement du projet avec l’ensemble des partenaires (la responsable de l’équipe sectorisée et les agents de résidence de LMH sur Hautes Roches, les collectifs d’habitants, les services de la ville (politique de la ville, espaces verts), Ma Ville Verte et les habitants), un comité de pilotage se réunira régulièrement.
  • Répartition des responsabilités entre le porteur de projet et ses partenaires : La domanialité étant privée et le portage financier étant assuré par LMH, les responsabilités sont assurées par ce dernier.

Redonner du pouvoir d’agir aux habitants

Pour LMH, ce projet permet de développer le pouvoir d’agir des habitants et des agents de LMH (empowerment) et fait suite à une formation des équipes en interne sur ce sujet. Une première application a été trouvée suite à des difficultés liées au stationnement au plus près des immeubles, entrainant des nuisances au niveau d’une aire de jeux. Grâce à ce processus d’ « enpowerment », et grâce à des rencontres régulières avec les habitants, des solutions ont été identifiées par les habitants eux-même pour améliorer leur cadre de vie : création d’un parking, renouvellement de l’aire de jeux (avec choix de jeux par les habitants) puis mise en place d’une barrière.

Une vingtaine d’habitants s’investissent aujourd’hui dans le jardin (création d’un groupe whatsapp), avec tour d’arrosage le matin et un espace devenant espace de sociabilisation en journée. Des ateliers avec les habitants ont permis de choisir le nom du jardin ou la réalisation de bancs, un chantier éducatif est prévu cet été sur l’arrosage. Une fête des récoltes aura lieu en septembre.

Le compost est fourni par l’entreprise Green Style (située à Pierre-Bénite) et par la Ville. D’autres travaux sont prévus : récupération d’eau de pluie et installation d’un composteur, de signalétique, d’un nichoir à oiseaux, d’un hôtel à insectes.

Le maraîcher de la ferme de Maguy est associé au projet (exemple : commande groupée de plants auprès du même fournisseur).

Source texte : VAD et Ville de Pierre-Bénite

Votre contact : Claire Vilasi