Conférence

Assemblée Générale et Conférence de cloture du tour VAD pour la COP21

Au programme,
- Assemblée Général de VAD
- Pause et animations : exposition "Aménagement Furgal", présentation des lauréats du concours d’idées sur la frugalité, stands de partenaires pour la découverte d’initiatives, etc.
- Conférence COP21, rencontre "Quand l’humain reste le moteur premier du changement : Quelle action, pour quelle société ? Quels modes de pensée et modes de faire ?
En présence d’invités d’exception : Chris Younès (philosophe), Olivier Frérot (Ingénieur pont et chaussée, ancien directeur agence d’urbanisme de Lyon), Bernard Blanc (Directeur général d’Aquitanis), Pierre Leroy (Président du Pays du Grand Briançonnais), Cédric Van Styvendael (Directeur Général EMH)

En cette année de COP21, l’association a décidé de se mobiliser fortement autour de la question sociétale du changement climatique. Parmi le programme des actions a été imaginée une conférence à destination des décideurs (publics ou privés), des professionnels, des citoyens tout simplement que nous sommes.

La COP 21 est pour nous l’occasion de prendre du recul sur les sujets, de montrer (dé-montrer ?) la nécessité d’une pensée, d’une vision sociétale comme source de l’action concrète de terrain, comme source de changement, notamment au niveau des décideurs qu’ils soient publics ou privés. La nécessaire remise en cause de l’idéal de rationalité (?) oubliant une partie de l’homme (homo-sapiens-demens*) et conséquemment le vivant.
Confronté quotidiennement à un système politique, technique et économique à bout de souffle, où philosophie, vision et compréhension humaine semblent absentes, nous souhaitons regrouper autour d’une même table des penseurs et des acteurs qui par leur travail pourront « faire exemple » sur les différents sujets. Montrer qu’à partir d’une auto-éthique / auto-critique**, la critique au sens noble du terme est source de changements possibles, pour un vivre ensemble respectueux de l’homme, de l’environnement… du vivant tout simplement. */** edgar morin