Atelier

Eco-matériaux en rénovation énergétique du bâti ancien

Atelier Enveloppe

Quels sont les différents éco-matériaux adaptés à l’amélioration des performances thermiques du bâti ancien ? Quels en sont les caractéristiques (comportement thermique, hygrométrique, coût, durabilité...) et dans quelle mesure peut-on en tirer parti pour répondre aux différentes problématiques rencontrées en rénovation du bâti ancien (composition du mur, présence d’humidité, réparation de mur...) ? Comment mettre en œuvre ces matériaux (identification des points singuliers, préparation du support, spécificités et matériels liés aux différentes techniques...) ?

Les précédentes manifestations organisées par VAD sur le sujet de la rénovation du bâti ancien ont mis en avant l’importance de :
­- identifier en amont les désordres du bâtiment,
- privilégier des solutions réalistes, simples, réversibles, et durables. Les désordres observés aujourd’hui résultent de mauvaises pratiques de rénovation d’hier,
- prendre compte les performances intrinsèques au bâti ancien.

Accueilli dans l’Ecocentre® du Lyonnais, l’atelier se concentre sur la rénovation de bâtis anciens construits avant 1940 (en Rhône-Alpes, il s’agit essentiellement des maisons construites en pierre et en pisé). Il met en avant la diversité d’éco-matériaux présents sur le marché, mais aussi l’importance du savoir-faire de l’artisan lors du choix de produits et techniques adaptés aux contraintes du projet (techniques, budgétaires…).

Critères de choix des matériaux

En rénovation, l’équilibre hygrométrique d’un mur ancien est à évaluer et à maintenir. Il est ainsi nécessaire de composer avec le support et la vie du bâtiment (état des lieux sanitaire du bâtiment, fréquence des murs composites liés aux interventions successives sur le bâtiment, variété des matériaux sur une même paroi, pouvant induire des comportements hygrométriques différenciés et des problèmes de compatibilité entre matériau d’isolation et supports). Suivant l’ambition énergétique à atteindre, les matériaux et la technique choisis sont différents : enduits de correction thermique ou matériaux d’isolation en panneaux ou projetés. Les techniques sont aussi adaptées aux conditions de mise en œuvre. Enfin, le budget influe sur la solution technique proposée et sur la performance souhaitée. Ainsi, les matériaux en vrac présentent un faible coût à l’achat, comparé aux produits en panneaux.

Eco-matériaux disponibles sur le marché autour de la matériauthèque

D’un point de vue technique, le principal intérêt des éco-matériaux est leur comportement hygrométrique compatible avec les parois du bâti ancien. D’un point de vue sanitaire, ils permettent de limiter les impacts sur les usagers et les metteurs en œuvre.
Les éco-matériaux type billes d’argile, pouzzolane, liège, vermiculite peuvent être utilisés en vrac en remplissage de double-mur, en isolation des combles ou intégré à des mortiers de chaux et/ou de terre pour réaliser des dalles ou des enduits de correction thermique. Les éco-matériaux en panneaux (type laine de bois, blocs chaux/chanvre…) peuvent être utilisés entre montants d’ossature bois ou métallique pour l’isolation des combles et des parois verticales avec finition par plaque de parement.
Une démonstration de projection de ouate de cellulose a été réalisée pour le groupe.

Chantier-école de Châtillon d’Azergue : maison individuelle en pierre du XVIIIe siècle en cours de rénovation

Oïkos a réalisé à l’automne 2015 une action de formation sur chantier lors de la rénovation d’une maison individuelle en pierre du XVIIIème siècle. Les techniques mises en œuvre sont multiples : ouate projetée humide (avec liège en partie basse car le terrain est très humide), laine de bois avec finition Fermacell©, double mur maçonné (béton cellulaire) avec liège en vrac, dalles à la chaux, enduit de correction thermique en terre-paille-chaux de 5 cm ou en chaux-chanvre de 10 cm… Cette maison a été visitée par le groupe.

- sur la base d’un texte d’Oïkos