Espace rural de proximité

Localisation
Marsac-en-Livradois - Puy-de-Dôme (63)
MOA

Commune de Marsac-en-Livradois

Acteurs clés
  • Boris Bouchet (architecte)
  • Auvergne Energie Solutions (BE Fluides)
  • ETTEL (BE Structure)
  • CS2N (économiste)
  • Socotec (bureau de contrôle et coordonateur SPS)
  • SGB (entreprise de maçonnerie)

Lutter contre le désertification en proposant un lieu « multiple »

Marsac en Livradois est le type même de ces communes qu’on ne sait pas véritablement classer : rurale mais dans la proximité immédiate de la sous-préfecture du Livradois qu’est la ville d’Ambert, agricole (mais avec un emploi dans le secondaire significatif) en essor démographique avec 1500 habitants dans un territoire vieillissant, à la fois ancienne et moderne.
C’est la raison pour laquelle l’élaboration d’un projet de services ne peut être qu’un difficile équilibre entre ambition et fragilité. Le départ annoncé fin 2009 de l’un des deux médecins de la commune a été l’élément déclencheur : il ne faut pas attendre la disparition des services pour agir, mais les conforter et les développer tant qu’il est encore temps.
En face de moyens financiers limités, le choix était a priori réduit : construire un local pour abriter un cabinet médical et les deux infirmiers de la commune. Pourtant, ce projet est passé d’un « petit local » à un ensemble plus important car il a séduit d’autres professionnels de santé et qu’une société de supermarché a souhaité intégrer le nouveau bâtiment.
Le parti pris est à la fois ancré dans le territoire (un bâtiment en pisé) et résolument contemporain (bâtiment basse consommation, aux formes originales mais intégrées dans la « traverse » du bourg).

Relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement

  • Bâtiment implanté dans la continuité des constructions le long de la traverse du bourg
  • Végétation extérieure avec la plantation d’arbres et d’une prairie fleurie à l’arrière du bâtiment
  • Réalisation des places de parking en sable stabilisé permettant l’infiltration des eaux pluviales

Choix intégré des procédés et produits de construction

  • Prise en compte des impacts environnementaux des matériaux et de leur durabilité (choix du parquet en revêtement de sol par exemple)
  • Provenance locale des matériaux (bois, terre)

Gestion de l’énergie

  • Murs extérieurs en pisé au rez-de-chaussée avec des mises en oeuvre et des isolants différents suivant le type d’usage et le choix esthétique (isolés majoritairement par 15 cm de laine de roche ou de liège)
  • Murs extérieurs en ossature bois au R+1 isolés par 22 cm de laine de verre
  • Planchers bas sur terre-plein isolés par 10 cm de polystyrène expansé
  • Toiture bac acier isolée par 28 cm de laine de roche
  • Menuiseries en bois double vitrage (Uw=1,75 W/m2K)
  • Ubat=0,52 W/m2K et Ubatref=0,81 W/m2K
  • Chaudière à granulés bois, émissions par radiateurs rayonnants équipés de robinets thermostatiques dans les locaux médicaux et par ventilo-convecteurs dans la partie commerce
  • Production d’eau chaude sanitaire par un préparateur d’eau chaude semi instantannée couplé à la chaudière
  • Ventilation double flux avec by-pass et échangeur de chaleur rotatif d’une efficacité de 90%
  • Éclairage sur détection de présence

Maîtrise des conforts

  • Confort hygrothermique : mur trombe au-dessus du R+1 orienté Sud, protégé par une casquette horizontale (> 2m de débord), protections solaires extérieurs de type BSO
  • Confort acoustique : prise en compte du coefficient d’absorption lors du choix des revêtements intérieurs, mise en place de plafonds acoustiques dans toutes les circulations et dans tous les bureaux
  • Confort visuel : nombreuses baies vitrées sur les façades Sud, Est et Ouest

Santé

  • Matériaux en contact avec l’air intérieur choisis pour minimiser leurs impacts sanitaires : parquet, linoleum, etc.
  • Filtration de l’air insufflé dans les locaux (F7), signalisation de l’encrassement des filtres sur la centrale de traitement d’air

Gouvernance

  • Futurs usagers associés dès l’amont du projet

Prix

  • Lauréat du prix national des architectures en terre crue de 2013 et du prix de la première oeuvre de 2013 decerné par le groupe Moniteur