Voyage d’études

Grand Paris

Deux jours de visites pour (r)éveiller nos pratiques

Comme s’inspirer des pratiques n’a pas de frontières, nous vous proposons chaque année de partir à la découverte d’un territoire à travers les initiatives (citoyennes et institutionnelles), les bâtiments (toutes typologies en réhabilitation et construction neuve) et les aménagements durables qui le composent.
En 2017, le Grand Paris est à l’honneur.

En traversant Fréquel-Fontarabie

Initié en 2002, cet éco-quartier est précurseur sur de nombreux sujets : énergies renouvelables, ventilation naturelle, gestion des eaux pluviales à la parcelle (square), architecture et mode de concevoir. Véritable volonté politique de faire de l’urbanisme autrement, rien n’était figé pour ce projet ! L’implication des parties prenantes, notamment celles du tissu associatif local, a permis de construire le projet au fur et à mesure. En traversant l’îlot, on observe l’harmonie malgré
la diversité fonctionnelle et architecturale et l’on apprécie la place du végétal au cœur du 20ème arrondissement.

T’es perdu, demande ton chemin aux Grands Voisins !

Dans l’attente qu’un écoquartier sorte de terre, l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul expérimente l’occupation temporaire. Les Grands Voisins c’est un tiers lieu, un lieu aux multiples facettes : accueil et accompagnement des personnes
en situation de précarité, bureaux et ateliers, camping urbain, espaces publics, restauration, agriculture urbaine, etc., ici tout a et tout trouve sa place. Après la visite du site, nous avons profité d’un déjeuner ensoleillé, au sens propre et figuré (cuisine inspirée), favorisant l’échange et le débat quant au devenir des friches urbaines.

La Huchette & le chanvre

Paris 5ème arrondissement, ici les touristes arpentent les ruelles pavées et côtoient les immeubles classés du « Vieux Paris ». Parmi eux, nous levons les yeux vers « La Huchette ». Ce chantier de réhabilitation patrimoniale aux
fortes contraintes techniques (accessibilité du chantier, ABF, règlementation, structure, etc.), se démarque par le choix du recours aux matériaux biosourcés. Pour cette opération, maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre ont mené une réflexion en bilan global (carbone et énergie grise), intégré les enjeux de santé, confort et bien-être dans le bâti pour proposer dix logements et un local commercial (contribuant à l’équilibre économique de l’opération) de qualité.

Pavillon de l’Arsenal et convivialité

Nous longeons ensuite les quais de la Seine jusqu’au Pavillon de l’Arsenal pour y découvrir l’exposition sur la Métropole de Paris. Et surprise dont nous profitons, l’équipe Nouvelle AOM, lauréate du concours Demain Montparnasse est là pour présenter le projet. Convivialité oblige, c’est sur une péniche que nous retrouvons les membres de l’ICEB, d’Ekopolis et de CO2D nos partenaires parisiens pour échanger en toute simplicité.

L’Île Saint-Denis dans les starting block

Quelques jours après l’annonce que Paris accueillera bien les JO de 2024, nous nous rendons sur l’écoquartier fluvial de l’Île-Saint-Denis. Mixité, valorisation du fleuve, développement des mobilités, innovations techniques et des modes de faire peuvent caractériser ce projet. L’ACTLAB de Bellastock accompagne la déconstruction et le réemploi des matériaux in situ et est le lieu de préfiguration du futur écoquartier. Le PonkaWall® allie plusieurs fonctions : mur acoustique, outil de communication et production d’énergie. Les nouvelles formes d’habiter trouvent aussi leur place avec des espaces partagés, de l’habitat participatif et des locaux supports d’économie sociale et solidaire.

Rési(lience)dence Girard

Certifiée PassivHaus, cette résidence « tout bois » se distingue par la réflexion portée sur les équipements (dimensionnement, maîtrise des charges, QAI, confort, performance, suivi) tout en intégrant un volet « adaptation au changement climatique » (fonction ressource du jardin, espaces partagés, optimisation de la parcelle, énergies renouvelables et sensibilisation des usagers). Astuce : intégrer cage d’escalier et pallier dans le volume chauffé, permet de limiter le coût des portes d’entrée aux logements.

Les Zéphirottes, un jardin dans une école… ou l’inverse

Le groupe scolaire Stéphane Hessel, répond aux besoins induits par l’expansion rapide de la ville de Montreuil et à un cahier des charges ambitieux « Zéro Énergie, Zéro Carbone, Zéro Déchets Nucléaires Induits ». Cette parcelle traversante idéalement située, offre un espace paysager « tampon » entre l’urbain et le monde de l’enfance. Structure bois/paille, brasseurs d’air, place du végétal et prise en compte des conforts attendus en conception font de cette école un lieu prisé des Montreuillois. La nécessaire sensibilisation des usagers est rappelée par l’équipe… car il semblerait que les brasseurs d’air soient utilisés pour diminuer le temps de séchage des sols.