Visite

Lyon Confluence

Focus sur L’Escale et Hikari

Le quartier est un projet urbain dont la construction s’étend sur 20 ans avec la ZAC 1 initiée dès 2003 et qui se termine en 2016 autour de la place Denuzière (avec notamment une innovation concrétisée par de la mixité verticale mêlant bureaux et logements). Alors que le quartier poursuit sa mutation, et que de nouvelles constructions sont encore en cours et à venir, les habitants livrent déjà leurs retours d’expériences.

En effet, déjà plus de 9 ans que La confluence a accueilli ses premiers résidents. En 5 ans (2010-2015), le quartier compte 3 500 nouveaux habitants et 7 000 salariés supplémentaires. Les habitants apprécient le calme du quartier, la présence de l’eau et des espaces verts. Ils mettent aussi en avant la vie de quartier qui se développe avec l’implantation de commerces de proximité. Le bureau d’étude Tribu, AMO DD des ZAC 1 et 2 depuis 2002, mène aussi une évaluation sur la base des indicateurs du label WWF (ONE PLANET LIVING), Lyon Confluence étant le 1er quartier urbain français labélisé.
La phase 2 est lancée avec des premières constructions en cours. Le Nord sera dense (ancien marché de gros) et composé d’une mixité de hauteur et de typologie. Un travail fin a été conduit pour permettre un apport d’éclairage naturel conséquent dans les bâtiments mais aussi dans les cœurs d’îlot. Les halles du marché (30 %) sont conservées pour garder une mémoire du lieu comme fondation de l’avenir. Les réhabilitations de bâtiments industriels trouvent tout leur sens dans le développement de lieux culturels ou d’industries créatives. En complément de la Maison de la Confluence livrée depuis maintenant 2 ans, les halles accueilleront par exemple : French Tech groupe Scolaire de 15 classes, salle de sport municipale, salle de concert.

La partie Sud est pensée comme un espace végétalisé appelé « Le Champs » et accueillera des programmes liés à la créativité et à l’innovation. Cette partie sera connectée au reste de la ville par une passerelle. Cette diagonale traversera la Saône et le Rhône pour marquer la fin de la densification de la ville et s’ouvrir au grand paysage.

L’objectif pour ce territoire en pleine mutation (de la place des Archives au confluent) est de s’ouvrir au reste de la presqu’île avec cette barrière physique, la gare de Perrache construite en hauteur au 19e siècle pour se protéger des crues. Pour reconnecter la place Carnot à celle des Archives, il est envisagé de travailler des voûtes en tant que réel espace public et non pas comme un passage sombre et peu accueillant.

Confluence et usage

Dans le cadre de l’expérimentation avec le NEDO, une tablette permettant le suivi des consommations a été distribuée dans quelques logements (Sainte Blandine). On observe une baisse 10 à 15 % des consommations pour ceux utilisant les tablettes. Bien que cet outil soit efficace, il faut encore convaincre les habitants de l’utiliser.
NEDO (New Energy and industrial technology Development Organization) est une agence publique japonaise, responsable du soutien à l’innovation et à la R&D. Ce projet est le premier démonstrateur « smart community » (Hikari + SunMOOVE). Le quartier a été retenu comme territoire pilote du programme européen Smarther Together. Il s’appuie sur le développement de solutions pouvant être dupliquées à grande échelle pour une ville intelligente et sobre en matière d’énergie, de transports et de technologies.

L’Escale

La question que tout concepteur doit se poser est de savoir si ses choix vont impacter la qualité de vie des habitants. Il faut mener un travail sur la taille des espaces de vie, le nombre de rangements, l’apport en lumière naturelle et ne pas faire de surenchère technologique (baisse de investissement et meilleur fonctionnement). Pour la double flux, des échangeurs à roues ont été retenus car moins encombrant que ceux à plaques. Ils ont ainsi pu être placés dans les combles sans calorifugeage entraînant une baisse des coûts.
Tous les logements sont traversants pour permettre une surventilation nocturne avec en prime un travail pointu sur l’inertie. Les linéaires de réseau de bouclage ont été optimisés de 35 % pour diminuer les pertes. 3 petites chaudières bois ont été installées plutôt qu’une seule d’une plus grande capacité pour des raisons de rendement de production.
4 principes fondateurs du projet ont été optimisés avec l’appui de plusieurs STD (confort été/hiver) : inertie, surventilation nocturne, baisse des apports internes et protection solaire.
Après 2 années de livraison, les résultats sont très satisfaisants (remboursement de charge en fin d’année, bon vieillissement du bardage bois avec une protection par un système d’attique). L’équipe de MOE étudie la possibilité d’installer en toiture des photopiles qui permettraient d’atteindre le niveau BEPOS. La toiture est actuellement végétalisée en partie et équipée de capteurs solaires thermiques qui couvrent 45 % des besoins en ECS.

Fiche technique : L’Escale

  • Programme : Construction (R+8, bois massif/béton) de 26 logements sociaux pour le Grand Lyon et 51 logements en accession à la propriété et commerces
  • Maîtrise d’ouvrage : Rhône Saône Habitat
  • AMO : Li Sun Environnement
  • Maîtrise d’oeuvre :
    • Atelier d’Architecture Hervé Vincent (architecte),
    • Veritas (Contrôle technique et coordinateur SPS),
    • BETREC (BET structure et économiste),
    • Cabinet Olivier Sidler (BET fluides)
  • Livraison : 2014
  • Coût des travaux : 11 170 000 € HT (dont 20 000 € de CEE)
  • Performance énergétique :
    • Niveau passif, label BBC Promotelec
    • Performance PASSIVHAUS 13kw/m²
    • Cep= 52,34 kWhep/m2shon/an

Ilot Hikari

TOSHiBA est l’un des partenaires du programme LYON SMART COMMUNITY (convention entre le NEDO et la Métropole de Lyon) décliné en 3 composantes : SUN MOOV, CONSOTAB, HIKARI
Toshiba contribue à l’innovation « énergie positive » en apportant les principaux systèmes énergétiques de l’îlot.
Hikari est le premier îlot à énergie positive d’Europe. Ce terme, qui signifie lumière en Japonais illustre que l’on peut travailler en harmonie avec la nature en contexte urbain. L’architecte Japonnais Kengo Kuma est réputé pour sa maîtrise de la lumière et des transparences. Les façades des différents bâtiments composant l’îlot sont littéralement sculptées avec un jeu de faille (entailles triangulaires) pour laisser entrer la lumière.
L’un des maîtres d’ouvrage, Bouygues Immobilier, s’est impliqué dans le projet en l’envisageant comme une innovation d’envergure et un projet référence. L’appréhension de ce type de bâtiment demande une vision prospective de ce qu’est une ville intelligente et durable pour tous.
Au-delà de ses caractéristiques architecturales affirmées, les bâtiments sont équipés de matériel innovant. Ils font l’objet d’un suivi précis en exploitation avec l’appui de l’AMO Manaslu.

Fiche technique : Hikari

  • Programme :
    • programme mixte comprenant 3 bâtiments :
      • Higashi (est), bureaux sur 5 500 m² ;
      • Minami (sud), 36 logements sur 3 400 m² ;
      • Nishi (ouest), bureaux de 2 600 m²
    • et 4 villas sur le toit de 700 m².
    • En rez-de-chaussée des 3 bâtiments on retrouve 1 000 m² de commerces/restaurants/ services
  • Maîtrise d’ouvrage :
    • Bouygues Immobilier
    • SLC Pitance
  • AMO énergétique : MANASLU ing (73)
  • Maîtrise d’oeuvre :
    • Kengo Kuma & associates (architecte),
    • SETEC Bâtiment (BET),
    • Tecsol (BET solaire),
    • Ingelux (BET éclairage)
  • Livraison : 2015
  • Performance énergétique :
    • Consommation tous usages : 120 kWh/m².an
    • Production des installations d’énergie renouvelable : 476 MWh (dont 198 MWh photovoltaïques) soit 100 % de couverture des besoins
    • Revenu annuel de la production d’électricité photovoltaïque estimé à 12 117 €